Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A l'heure où le numérique a envahi nos vies, les professionnels de l'enseignement et de la formation s'interrogent sur la place occupée par chacun : formateur, apprenant mais aussi savoir !! Former demain sera-t-il totalement différent d'aujourd'hui ? Quel doit être le rôle du formateur ? Sa posture ? Ses compétences ? Aura-t-on encore besoin d'un "enseignant" demain ou simplement de supports et de didacticiels conçus pour remplacer le formateur ?

Ce qu'un formateur n'est pas (8/10) : un juge

Ce qu'un formateur n'est pas (8/10) : un juge

Ah ! Qui ne se souvient pas d'un mot, d'une phrase, d'une attitude qui nous ait montré de la reconnaissance du travail accompli, qui nous fait nous sentir fier, qui nous a donné envie d'en faire encore plus, encore mieux ???

 

Mais aussi, qui ne se souvient pas d'un mot malheureux, d'une déception immense face à l'espoir d'avoir bien fait, d'une injustice prononcée par un "jugeant", qui nous fait baisser les bras, parfois abandonner et souvent se rebeller ?
 

L'acte d'apprendre et donc de formation est, par définition, un acte de jugement. En effet, il faut atteindre une performance (une note ou une compétence), ainsi il  faut constamment juger le travail réalisé pour vérifier si les résultats attendus sont au rendez-vous.

Dans l'acte de formation, il va s'agir ici du processus d'évaluation !

S'il est bien un acte éminemment compliqué dans la formation, c'est bien l'acte d'évaluer. Et pourtant, il est juste essentiel, vital, voire, il justifie la raison d'être de la formation.

Curieusement, certains formateurs hésitent ou renoncent à évaluer. Pourquoi ? Parce qu'ils n'en ont pas compris le sens ? Parce qu'ils n'en ont pas mesuré les effets, surtout sur l'apprenant. 

En effet, l'acte d'évaluation est indispensable au processus d'apprentissage.

Il permet déjà à l'apprenant de se situer : où en suis-je de mon apprentissage ? ai-je atteint l'objectif final ? à quel moment s'arrêter ? 

Il permet aussi de mesurer le travail accompli. En effet, apprendre, c'est passer par des phases d'essai-erreur indispensables, et donc par des échecs inévitables qui sont autant de moyen de progresser... Des moments de démotivation peuvent alors apparaître face à ces échecs et se retourner, voir le chemin parcouru pour en arriver là, est un bon moyen de dépasser cette démotivation passagère. 

il permet de certifier. Mais oui, sans évaluation, pas de diplôme, pas de titre, pas de compétences...

Enfin, évaluer est un outil de management puisqu'il permet de valoriser, de créer de la confiance ou encore de sanctinner si nécessaire...

Bref, point de formation sans évaluation.

Ainsi, si évaluer est indispensable et, peut être très valorisant et motivant, ce peut aussi être un acte destructeur car évaluer va aussi être "juger" le travail réalisé par un individu... L'acte d'évaluer est donc un acte identitaire, soit une arme dangereuse à manipuler par des professionnels formés, prudents et conscients de leurs actes !

Ce qu'est une évaluation et ce qu'elle n'est pas :

L'approche théorique distingue d'une part :

 

- la docimologie : la science des notes

- l'évaluation : donner une valeur à un acte

 

Déjà, quelle valeur accorder à une note ? que vaut un 12/20 par rapport à un 14/20 ? Si l'acquistion de connaissances peut se contenter de ce type d'évaluation, l'acquision de compétences ou de savoir-faire ne peut en aucun cas être évaluer par une note. Ainsi, que signifie une note de 10/20 à l'acte de construire un mur ?? Il va tenir debout, il va s'écrouler ???

L'évaluation consiste à donner une valeur à un acte par rapport à un résultat attendu.... Et c'est bien dans la seconde partie de cette phrase que tout se joue. "par rapport à un résultat attendu"...

Que penseriez-vous d'une prise de sang où on vous donnerait vos résultats sans vous dire quel était le résultat attendu ? Que penseriez-vous d'un "c'est bon" quand vous testez une nouvelle recette de cuisine pour préparer un examen ? Ou pire, que faites-vous d'un "c'est nul" prononcé par un prof de sport à l'entrainement ??

L'acte d'évaluer est bien la mise en relation d'un réalisé par rapport à un attendu. Une fois acceptée cette définition, va se poser la question de l'attendu... En effet, si c'est le formateur qui détermine les critères, qui définit le niveau attendu, qui ne communique pas avant l'évaluation ces fameux critères ou pire encore, qu'il les modifie en permanence en fonction de son humeur, j'ai beaucoup de peine pour ses apprenants face aux effets destructeurs que cela va avoir.

 

Les différentes sortes d'évaluation :

Il existe plusieurs sortes d'évaluation dites critérées, c'est à dire, qu'elles permettent d'évaluer un acte par rapport à un résultat attendu, expliqué, objectif et mesurable :

 

L'évaluation pronostique : Il s'agit d'une évaluation qui a pour fonction d'établir à partir d'épreuves standardisées, une estimation des chances de réussite d'une personne dans une performance ultérieure. 

L'évaluation diagnostique ou de positionnement : Avant un acte de formation, elle a pour but de produire des informations permettant d'évaluer les pré-requis et d'ajuster la formation au profit du formé.

L'évaluation formative : elle est réalisée tout au long de la formation et a pour but d'adier l'apprenant à se situer par rapport à ses apprentissages, à repérer, à comprendre et à dépasser ses difficultés

L'évaluation sommative : elle permet à l'apprenant de savoir s'il a atteint ou non les objectifs visés et de voir ses compétences reconnues par une validation ou une certification.

 

Il s'agit là d'évaluations dont les objectifs apparaissent clairement aussi bien pour le formateur que pour l'apprenant. 

Enfin, il existe des modalités d'évaluation 

  • l'évaluation normative : il s'agit de situer le résultat d'un individu par rapport à un résultat de groupe
  • l'auto-évaluation : il s'agit de demander à l'apprenant de se situer lui-même par rapport au résultat attendu. Cette technique est essentielle pour sortir l'évaluateur de la situation. Cette modalité renforce l'autonomie de l'apprenant. L'évaluateur doit donc avoir un rôle d'accompagnateur et d'explicitation des critères attendus.
  • l'auto-analyse : cette modalité consiste à faire construire les critères d'évaluation par l'apprenant avant le passage de l'évaluation. Il s'agit du stade ultime de l'évaluation car elle retire toute forme de jugement et permet, en même temps, l'acquisition et la vérification des savoirs de base. 

 

On le voit bien, l'évaluation est un acte très complexe nécessitant un travail important d'explications, un réel travail d'analyse et une capacité à utiliser des critères objectifs pour pouvoir une valeur à un acte plutôt qu'un jugement.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
David Masson


Voir le profil de David Masson sur le portail Overblog

Commenter cet article