Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A l'heure où le numérique a envahi nos vies, les professionnels de l'enseignement et de la formation s'interrogent sur la place occupée par chacun : formateur, apprenant mais aussi savoir !! Former demain sera-t-il totalement différent d'aujourd'hui ? Quel doit être le rôle du formateur ? Sa posture ? Ses compétences ? Aura-t-on encore besoin d'un "enseignant" demain ou simplement de supports et de didacticiels conçus pour remplacer le formateur ?

Le Covid 19 : l'hibernatus de l'enseignement ?

Le Covid 19 : l'hibernatus de l'enseignement ?

Depuis le confinement, de nombreux reportages montrent les difficultés des enseignants à mettre en place de la "continuité pédagogique", des parents désabusés de devoir faire cours et accompagner aux devoirs en plus de leur télétravail, des syndicats enseignants parler de "mascarade" en évoquant l'enseignement à distance. 

 

Dans la formation professionnelle, certains formateurs ont essuyé depuis très longtemps les plâtres de la formation à distance ou du blended... D'autres formateurs considèrent cela comme impossible et privilégient la formation présentielle, seule pédagogie possible pour eux. 

 

Aussi, la question de la place de la distance dans l'enseignement en général explose avec le confinement : 

Le confinement montre-t-il simplement que nos dispositifs d'enseignement sont obsolètes ?

Concrètement, de quoi s'aperçoit-on ? 

1- Le digital peut créer de l'exclusion sociale : l'apprenant qui s'est retrouvé sans matériel informatique et sans accès Internet est pénalisé

2- Les ressources pédagogiques en formation présentielle ne sont pas utilisables dans la formation à distance

3- La formation à distance ne s'improvise pas, ce n'est pas une variable d'ajustement

4- De nombreux acteurs sont concernés : l'apprenant, l'enseignant, les parents ou l'entourage de l'apprenant, les appuis techniques à la formation, l'administration, les financeurs... 

5- L'accès aux savoirs (j'ai volontairement accordé au pluriel) est généralisé, permanent, desystémisé (hors circuits traditionnels), mutualisé, libre (le plus souvent)

6- Enseigner à distance est une compétence spécifique ou plutôt un ensemble de compétences tant techniques que pédagogiques et d'accompagnement

7- La posture de l'enseignant doit évoluer d'un détenteur de savoir pour devenir un tuteur à l'apprentissage

8- La question de la certification devient bloquante quand elle est inscrite dans un dispositif présentiel unique

9- La distance peut créer de l'isolement chez l'apprenant et du stress chez l'enseignant

10- Apprendre à distance est exigeant en termes d'attention, de motivation et d'énergie

 

L'histoire peut donc nous montrer que l'enseignement ne peut se faire qu'en mode présentiel ou l'histoire peut aussi faire émerger un "syndrome Hibernatus" : l'enseignement n'a pas su s'adapter au moment où la société a évolué et le sens de l'histoire va plutôt vers une digitalisation, au moins partielle, de l'apprentissage comme pour de nombreuses activités du quotidien.

Le développement des chaines de télévision éducatives a fait émergé la question : mais pourquoi cela n'existait-il pas avant ? 

Les pros de cuisine, de musique ou encore de couture et qui donnent des cours à distance donnent envie d'en trouver d'autres... 

Le télétravail pourrait devenir une norme dans de nombreuses entreprises, pour de nombreux métiers avec des taux de distance variables. 

Alors, faut-il anticiper d'autres situations de type confinement et imaginer un système d'enseignement à distance ? Faut-il digitaliser toutes les situations d'apprentissage avec des ressources pensées pour la distance ? Faut-il faire de tous les enseignants des tuteurs 2.0

 

Après le prêt-à-porter, le prêt-à-former ?

 

En fait, plus que rendre l'apprentissage efficace, il faut le rendre efficient. Ainsi, l'enseignement ne doit ni être pensé uniquement en présentiel, ni être pensé uniquement à distance. 

Tout l'intérêt va être de définir les meilleures modalités pédagogiques possibles pour un contenu spécifique à un moment déterminé avec un public donné et une équipe pédagogique adéquate. De là, découleront des ressources ou une méthode collaborative d'acquisition du savoir. 

Autrement dit, le prêt-à-former mixant les lieux, les ressources, les modalités et les intervenants au delà de l'idéal, correspond bien aux évolutions sociétales et à l’avènement du digital dans nos vies professionnelle et personnelle.  

Pour cela, plusieurs conditions doivent être réunies :

L'accès au digital dans un cadre formatif doit être garanti pour tous : les prix du matériel et de l'abonnement Internet ne peuvent plus justifier d'une inégalité à ce niveau là.

Une ingénierie multimodale doit être mise en place afin de construire des dispositifs alternant la présence et la distance de manière judicieuse, intégrant les contraintes des principaux acteurs. 

L'accompagnement des équipes pédagogiques est indispensable tant sur un changement de "culture" qu'un changement de posture. 

L'humain doit rester au centre de toute la démarche. Aussi, un accompagnement est nécessaire tant vis-à-vis de l'apprenant que de l'enseignant pour éviter les surcharges cognitives et des troubles liés à la situation d'isolement. 

L'évolution du système de certification devient crucial. Il va falloir inventer de nouvelles modalités de temps, de lieu, de calendrier, d'évaluation...

....

De la crise du  COVID 19 ne retenons pas nos difficultés à créer une continuité pédagogique mais constatons que nous nous sommes appuyés sur un système qui n'a pas évolué avec la société. 

Pour les chinois et les japonais, le mot "crise" a deux significations : danger et opportunité.

Sachons alors saisir cette opportunité !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
David Masson


Voir le profil de David Masson sur le portail Overblog

Commenter cet article