Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A l'heure où le numérique a envahi nos vies, les professionnels de l'enseignement et de la formation s'interrogent sur la place occupée par chacun : formateur, apprenant mais aussi savoir !! Former demain sera-t-il totalement différent d'aujourd'hui ? Quel doit être le rôle du formateur ? Sa posture ? Ses compétences ? Aura-t-on encore besoin d'un "enseignant" demain ou simplement de supports et de didacticiels conçus pour remplacer le formateur ?

En finir avec l'autoformation en formation

En finir avec l'autoformation en formation

Comprendre le vocabulaire de la formation et s'accorder collectivement sur ses définitions ? Voilà un vœu pieux !

Vous connaissez l'histoire du cordonnier le plus mal chaussé ? On en est parfois pas loin avec la pédagogie. 

Ainsi, un terme qui hérisse le poil dans tous les discours, du chercheur en pédagogie, aux organismes chargés de la formation, aux financeurs et aux apprenants eux-mêmes : l'autoformation !

Mis à toutes les sauces, parfois agrémentées de "tutorée" ou "accompagnée", elle devient vite un défaut quand les apprenants se plaignent de rester seuls, sans formateur ou enseignement, et écrivent sur les forums : "dans cette école, ou cet organisme, ce n'est que de 

La preuve par les sciences ...

Tout d'abord, une très légère approche linguistique : Le préfixe auto-, du grec autos, signifie « soi-même ». Donc autoformation signifie se former soi-même. Aussi, l'apprenant qui se retrouve face à un livre ou un exercice, dans un atelier à réaliser un ouvrage, sur une machine à régler des paramètres, est-il en autoformation ? Il est seul, il apprend, par lui-même ? 

 

Et bien non, pas du tout... 

Pour appuyer ces propos, revenons-en au fameux triangle pédagogique de Jean Houssaye.

En finir avec l'autoformation en formation

Ainsi, dans le triangle, 3 relations sont mises en évidence :

- Enseigner, c'est la relation entre le formateur et le savoir (le cours dispensé au tableau, le cours magistral, la démonstration, etc...), ce que l'on appelle aussi la transmission de savoirs

- Apprendre, c'est la relation entre l'apprenant et le savoir : lorsqu'il étudie un texte, lorsqu'il fait un exercice, lorsqu'il s'entraîne...

- Former, c'est la relation entre l'enseignant et l'apprenant. C'est la relation d'accompagnement, de tutorat, de métacognition, etc. Cette relation ne porte pas sur le contenu de l'apprentissage, mais sur tout ce qui y est périphérique. 

 

Ainsi posée la relation didactique, revenons-en à notre fameuse autoformation.

Si la relation "former" est bien celle qui se situe entre l'apprenant et le formateur, qu'est l'autoformation ?

Etre seul dans une relation rend complexe le terme de "relation", non ? 

Wikipédia s'est tenté aussi à la définition de l'autoformation : "L'autoformation est le fait pour une personne de se former elle-même, dans un cadre qui lui est propre, d’une façon plus ou moins éloignée des structures et institutions enseignantes et formatives." 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Autoformation

 

C'est intéressant, car cette définition nous approche des éléments essentiels qui la caractérise : la liberté du contenu de la formation, la liberté des ressources, des sources, de la méthode, de l'objectif, de l'évaluation... 

Bref, s'autoformer c'est apprendre en dehors de toute organisation apprenante.

MASSON, DAVID

Ainsi, par exemple, j'ai eu à changer un ballon de production d'eau chaude à mon domicile. Je suis un bricoleur du dimanche, sans plus.

Grâce aux outils numériques, j'ai lu des vidéos sur Youtube, j'ai consulté des sites de fabricants, j'ai rencontré des vendeurs de bricolage, j'ai lu des ressources sur des sites très diversifiés (formation ou pas). Je me suis totalement débrouillé, j'ai acheté le matériel nécessaire et j'ai changé mon ballon avec succès. 

A travers cet exemple, j'ai bien réalisé un acte d'autoformation !

 

Alors quid de l'autoformation en formation ? 

 

Et bien, ça n'existe tout simplement pas... 

Pour autant, il existe de nombreuses occasions où l'apprenant est seul : face à une vidéo, un ordinateur, un document, un livre, un exercice, un établi, dans une cabine de grutier, au volant d'une voiture, etc, etc, etc. 

Mais en formation, le cadre est défini : des objectifs, des ressources, des évaluations, des méthodes pédagogiques, des formateurs, un accompagnement. Si l'enseignant n'est pas présent, ce n'est pas pour autant de l'autoformation, non, il s'agit tout simplement d'un autre terme auquel il faut le substituer : l'auto-apprentissage !

Ce terme là est bien plus juste, car il correspond bien à la relation entre l'apprenant et le savoir, ce moment où confronté à une difficulté, il va la résoudre et apprendre, comprendre, savoir, retenir... Mais il n'est seul pour autant, il bénéficie d'une structure organisée, professionnelle, tutorante, aidante : cette structure, c'est l'organisme de formation et ses équipes pédagogiques. 

Alors, formateurs, refusez le terme d'autoformation, quelles que soient vos méthodes, il s'oppose juste à ce qui fait du métier de pédagogue son essence même !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
David Masson


Voir le profil de David Masson sur le portail Overblog

Commenter cet article